Journée d’Intégration pour 4 classes de Seconde au château de Fontainebleau

par Laurent FOUILLARD

« Fontaine, je (re) boirai de ton eau »
Une légende raconte qu’un chien appelé « Blau », buvant à une source aurait révélé la fontaine à ses maîtres qui s’y implantèrent et lui donnèrent le nom Fontaine de Blau.

Ceci aurait pu inspirer une fable à Jean de la Fontaine, s’il n’avait été retenu par son ami Nicolas Fouquet au château de Vaux le Vicomte et ensuite banni par le roi Louis XIV en personne.

Ciel couvert, lundi 2 octobre 2017, départ matinal à 7h30 pour quatre classes de seconde (5,6,9 et 10) à compétences, du lycée Le Corbusier qui emplissent quatre cars, quittant Poissy, direction Fontainebleau pour une journée d’intégration.

Plus de deux heures de trajet à cause des embouteillages sont oubliées devant la magnificence du palais (logement royal) aux grilles dorées à l’or fin (information confirmée par les guides).

L’immense groupe d’élèves longe les façades Renaissance, direction la salle des gardes pour le vestiaire puis la formation des groupes de visites et d’activités.

Ce sont des « activités courtoises » (de haute cour et de bon comportement) qui sont organisées. Danses de la Renaissance et du classicisme avec révérences galantes, escrime avec saluts chevaleresques, tout se déroule sous la conduite et les explications de professionnels et artistes : chorégraphe, danseuse ou escrimeur entraîneur d’une équipe olympique dans des salles réservées à ces pratiques.

Ainsi la danse avait une fonction diplomatique car elle atténuait les conflits et favorisait les alliances. La salle de bal créée par Henri II accueillit les meilleurs musiciens qui réussirent à faire danser ensemble catholiques et protestants. Plusieurs idylles s’y nouèrent, la haine fut un temps vaincue par l’amour et l’admiration. Après le coup de Jarnac, l’escrime devint le fruit pacifique d’une lente évolution du combat guerrier vers le duel judiciaire ou d’honneur jusqu’au noble sport que l’on connaît.

La plus ancienne trace du château date de 1137, Louis IX le transforme en couvent en 1259. Les appartements royaux ont vu se succéder d’illustres personnages comme Charles IX, François 1er et Claude de France, Catherine de Médicis, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV. La galerie François 1er qui date de 1528 est magnifiquement décorée de fresques de Rosso et Le Primatice sur des thèmes mythologiques édifiants. C’est dans la chapelle du château que se fit le mariage du jeune Louis XV qui devait pacifier l’Europe. La galerie de Diane conserve précieusement plus de 1600 ouvrages qui témoignent de l’érudition des générations qui s’y sont succédées. La paix règne dans les jardins d’apparat ou d’agrément dessinés par André Le Nôtre. En 1814, Napoléon fit ses adieux aux armées en haut d’un escalier prestigieux en face duquel notre groupe est photographié avant son retour au lycée Le Corbusier de Poissy.

Cliquez sur l’image pour lire les témoignages des élèves

Visite en images :
JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG